site
Image de profil de Administrateur
ADMINISTRATEUR Administrateur
Ne le : 14/08/1955

Y-AURA-T-IL UNE NOUVELLE ELECTION MUNICIPALE A SAINT-ETIENNE ?

Derniere edition le : 07/10/2014

 
 

Le Tribunal Administratif examinait aujourd’hui le recours en invalidation des élections municipales de Saint-Etienne déposé, dès la fin du 2eme tour, par Hubert Patural, l’un des candidats recalés au 1er tour.

 

Rappel succinct des faits :

 

A l’issue du 2eme tour des élections municipales de Saint-Etienne, qui voyait la liste conduite par Monsieur Gaël Perdriau (UMP – Centre) grand vainqueur d’une triangulaire l’opposant à Monsieur Maurice Vincent, maire PS sortant, et Monsieur Gabriel de Peyrecave candidat FN, Monsieur Hubert Patural pointait du doigt une irrégularité.

D’après lui, en s’appuyant sur le code électoral, Madame Nicole Peycelon, placée en 8eme position sur la liste gagnante, était frappée d’inéligibilité par le simple fait qu’elle occupait les fonctions de directrice adjointe du service des ressources humaines au Conseil Général de la Loire. Or, un cadre des institutions territoriales ne serait pas autorisé à faire acte de candidature.

Partant de ce 1er constat, Monsieur Hubert Patural affirmait que, de par ses fonctions, Madame Nicole Peycelon pouvait avoir illégalement influé de manière significative sur le résultat du vote aux deux tours des élections. Que cette influence avait pu pénaliser des listes adverses dont celle conduite par Monsieur Belkacem MEHARI, candidat Parti de Gauche, qui, avec 2031 voix enregistrées au 1er tour, était, à quelque petites centaines de voix près, en position de s’allier avec la liste conduite par Monsieur Vincent. Ce qui, aux dires du plaignant, aurait pu facilement changer le résultat du vote final.

 

Quel est le poids supposé de Madame Nicole Peycelon dans ces élections municipales ?

 

Comme le dit fort justement Monsieur Maurice Vincent dans Mémoire en réponse à la protestation électorale de Monsieur Hubert Patural (document entier remis au Tribunal Administratif) :

 

«  il est exact, à mon sens, que Madame Nicole Peycelon occupe une place importante dans la vie politique locale en 2014, en raison de son implication depuis de nombreuses années. Aux diverses fonctions exercées par Madame Nicole Peycelon et rappelées par Monsieur Patural, il faut ajouter sa candidature aux élections législatives de 2002 dans la 2eme circonscription de la Loire (Saint-Etienne Sud). Lors de ce scrutin, Madame Peycelon s’était présentée en candidate « dissidente » du RPR à la suite de divergences de vues avec le député sortant RPR, Monsieur Christian Cabal. Dans ce contexte peu favorable, le résultat de Madame Peycelon fut cependant très significatif puisqu’elle obtint 2928 voix (soit 10.12% des suffrages exprimés) sur son seul nom et sur la moitié de la ville seulement.

Ceci donne une indication de son influence à Saint-Etienne………Il est important de souligner que le parcours de Madame Peycelon s’inscrit dans le cadre d’une activité politique familiale encore plus ancienne, enracinée dans la tradition gaulliste et unanimement reconnue à Saint-Etienne. Ainsi sa mère, Madame Odette Peycelon a occupé elle-même durant plusieurs mandats municipaux les fonctions d’adjointe au Maire, dans le même secteur des personnes âgées que « reprendra » Nicole Peycelon en 1995. Elle a présidé de nombreuses associations à caractère social.

Il résulte de tout cela une visibilité incontestable et particulière du nom de Nicole Peycelon dans la vie économique, sociale et politique stéphanoise en 2014. »

(ndlr : de là à penser ou à dire que les personnes âgées et celles s’adressant à des associations à caractère social sont des personnes potentiellement influençables, il y a un fossé qui n’est peut-être pas aussi large qu’on peut le croire…)

 

Quel est le rapport avec Monsieur Gaël Perdriau et la liste UMP-Centre qu’il a conduite ?

 

Toujours suivant les dires de Monsieur Patural, confirmés par des publications dans la presse officielle ou en marge, Madame La Préfète de la Loire aurait informé Monsieur Gaël Perdriau de l’inéligibilité de Madame Nicole Peycelon suffisamment en son temps pour que Monsieur Perdriau ait le temps de se retourner et, avec ses colistiers, revoit la composition d’une liste excluant la candidature jugée illégale de Madame Peycelon.

Que nenni !

 

Au mépris des conseils de Madame la Préfète de la Loire et, par-là, des lois de la République, Monsieur Perdriau aurait maintenu ses positions en science et en conscience.

Peut-être jugeait-il, comme son conseil Me Petit, que Madame Nicole Peycelon était une candidate de seconde zone dont la présence sur sa liste n’avait que peu ou pas d’influence. « seuls les 4 premiers colistiers ont de l’importance ». C’est Madame Peycelon qui a dû être ravie de l’apprendre alors qu’elle serait dans cette affaire la dinde de la farce.

 

Or, si Madame Peycelon n’était qu’une roue lambda du char électoral pourquoi s’obstiner à la conserver à la 8eme place de la liste et courir le risque d'un recours en invalidation?

 

Par ailleurs, cette hypothèse ne tiendrait pas si l’on accorde à Monsieur Gaël Perdriau et à certains de ses colistiers le degré d’intelligence qu’on se doit de leur reconnaitre et qu’ils méritent.

 

Mais alors ?

 

L’autre hypothèse serait que Monsieur Perdriau ait accepté de jouer « avec le feu » sachant que les probabilités pour que quelqu’un soulève le lièvre étaient faibles. Et quand bien même ce trublion se manifesterait, il serait toujours temps de demander à Madame Nicole Peycelon de proposer sa démission……peut-être sous condition(s), allez donc savoir!

 

L’important n’était-il pas de ne pas laisser passer une seule voix de scrutin, fut-ce en étant borderline ?

 

Mais alors, si cette seconde hypothèse devait se révéler exacte, ne serait-ce pas la preuve absolue que Madame Peycelon, comme l’indiquent Messieurs Patural et Vincent, représenterait un volume de voix non négligeable, un nombre de voix susceptible d’inverser le courant des évènements politiques locaux?

 

Le recours en annulation trouverait dès lors tout son bienfondé !

 

Quant à la démission de Madame Peycelon avec un véritable effet retard, serait-elle suffisante pour absoudre une fraude électorale ??

 

Attendons le jugement du Tribunal Administratif.

Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article


Vous devez etre identifie pour pouvoir poster un commentaire
Nom d'utilisateur :
(email pour les auteurs)
Mot de passe :
Mot de passe oublie