site
Image de profil de Administrateur
ADMINISTRATEUR Administrateur
Ne le : 14/08/1955

UNE ENORME BAFFE !

Derniere edition le : 28/11/2015

 
 

Ce matin, 2è novembre 2015, entre 10 et 12h, il suffisait de faire le tour de Saint-Etienne en voiture pour mesurer à quel point l’incitation présidentielle à pavoiser les fenêtres avait été suivie.

Eh ben mes belets, je l’ai fait pour vous et, pour être franc, je n’ai pas été surpris du résultat.

Dans les quartiers de Michon, Côte Chaude, Chavassieux, Le Grand Clos et Hauts de Jacquard, Beaubrun, Polignais, Tarentaize, Tardy, La Cotonne, Centre Deux, Valbenôite, Montreynaud, il n’y avait pas plus de drapeau tricolore que de beurre en branche (les feuilles d’arbres étant tombées, c’était facile à constater). Généreusement je dirais que j’ai comptabilisé cinq drapeaux, à l’exclusion du Centre des Impôts de Charcot qui, à lui tout seul, en avait planté deux paires sur sa façade.

Certains esprits tordus ou objectifs – c’est selon -, diront que la plupart des habitants de ces quartiers sont français quand ça les arrange. Que l’absence de drapeau aux fenêtres n’est donc pas une surprise. Là n’est pas le sujet.

 

Car, en parcourant les rues et quartiers plus « huppés », Désiré Claude, Louis Comte, Michelet, Peuple, Avenue de la Libération, République, Dorian, Hôtel de Ville puis Jean Jaurès, Carnot, Maréchal Foch, Bergson, Bel Air, le même constat s’imposait : Aucun drapeau bleu blanc rouge ou si peu !

 

Les bus étaient pavoisés d’un ou deux drapeaux. Manque de budget, manque de temps ou refus d’un personnel syndiqué…, il faudrait se renseigner, mais comme ça n’a pas la moindre importance……

 

Le plus étonnant était de constater que les écoles avaient, elles aussi, boudé l’appel au peuple. Sans doute une question de multiculturalisme! Sourire.

 

Au final, l’instrumentalisation grossière du sentiment patriotique aura été un échec cuisant, un colossal camouflet lancé à la face gouvernementale et, c’est à souhaiter, à l’ensemble de la classe politique tant décriée ; et pour cause.

 

Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article


Vous devez etre identifie pour pouvoir poster un commentaire
Nom d'utilisateur :
(email pour les auteurs)
Mot de passe :
Mot de passe oublie