site
Image de profil de Administrateur
ADMINISTRATEUR Administrateur
Ne le : 14/08/1955

Titre : Y-A-T-IL UN CO-PILOTE « PR » A « L’UDI » LOIRE ?

Derniere edition le : 21/01/2015

 

 

A l’approche des élections départementales (ex élections cantonales), des militants et sympathisants du Parti Radical de la Loire (PR 42) semblent inquiets ; leur leader est absent de la scène ligérienne. Pourquoi ?

 

Le bruit court que l’ancien Maire de Saint-Etienne, sénateur, aurait perdu en janvier 2015, sur décision gouvernementale, la vice-présidence de la Commission de régulation de l'énergie, et la vice-présidence du conseil des régulateurs européens de l'énergie.

 

Qu’il aurait alors décidé de reprendre en main le destin du PR en terre ligérienne pour défendre ses valeurs fondamentales, abandonnées un peu hâtivement à l’occasion des dernières élections municipales (2014).

 

C’est ainsi qu’il a sollicité les adhérents du PR 42 pour être élu Président du parti et que son élection a été entérinée en septembre 2014.

 

Cette élection est certainement une excellente décision si l’on tient compte des compétences acquises par Michel Thiollière, au fil du temps, depuis que Monsieur François Dubanchet lui a accordé sa confiance.

 

Mais, depuis cette élection, Monsieur Thiollière est curieusement absent. Non pas physiquement, je n’en sais rien, mais dans le microcosme politique de la Loire et ses soutiens sont bien fondés à s’en inquiéter.

 

Pourtant, consécutivement à la mise en place de ses nouvelles attributions politiques, l'ancien maire de Saint-Etienne avait déclaré: "Nous sommes une grande famille politique. Nous avons un passé très riche. Il s’agit désormais de forger les outils d’un avenir glorieux".

 

Voir aussi son discours du 24 septembre 2014 pour être convaincu des ambitions que l’ancien 1er magistrat de Saint-Etienne nourrissait au lendemain de son élection

http://www.dailymotion.com/video/x26kaqw_interview-michel-thiolliere-president-du-parti-radical-loire_news

 

L’ensemble était suffisant pour que celles et ceux qui le suivent retrouvent un tonus hors norme et imaginent facilement leur chef de file jouer un rôle important lors des départementales mais aussi et surtout lors des élections régionales dont tout un chacun a compris l’importance majeure.

 

Patatras, rien.

 

Pendant ce temps, Monsieur François Rochebloine, meuble parmi les meubles dans la mouvance politique ligérienne, occupe le terrain.

Pendant ce temps, Monsieur Gilles Artigues tire la couverture de son coté et donne l’impression de vouloir phagocyter l’UDI dans toutes ses composantes, fut-ce au prix de prendre la place de Monsieur François Rochebloine.

Pendant ce temps, Monsieur Bernard Bonne, Président du conseil général de la Loire en titre, semble s’en donner à cœur joie dans la distribution des rôles que son entourage de candidats devra tenir, en cas d’élection, pour assurer sa réélection à la présidence du Conseil général de la Loire.

 

Monsieur Thiolliere, allez-vous accepter que Monsieur Gilles Artigues, celui qui vous a fait une quenelle magistrale en 2008, vous dame encore le pion en mettant l’UDI en coupe réglée ?

 

Et Monsieur Lagarde, Président du PR, acceptera-t-il lui aussi de passer sous le joug de l’UPL alors qu’il a dit à haute et intelligible voix que JAMAIS son parti ne serait le vassal de l’UMP ????

 

Monsieur Thiollière, Michel, une prise de position publique, par un communiqué presse, parait indispensable

 

 

Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article


Vous devez etre identifie pour pouvoir poster un commentaire
Nom d'utilisateur :
(email pour les auteurs)
Mot de passe :
Mot de passe oublie