site
Image de profil de Administrateur
ADMINISTRATEUR Administrateur
Ne le : 14/08/1955

REGIONALES – LOIRE, LE RASTIGNAC DE LA DROITE A CHOISI.

Derniere edition le : 06/11/2015

 
 

Dans ce billet, on ne parlera pas de la liste de gauche qui s’est récemment présentée petitement, presque honteuse d’exister, en jouant à la dinette dans une brasserie stéphanoise. Tout au plus, s’étonnera-t-on que Monsieur Jean-Louis GAGNAIRE, le « politique ligérien » appartenant au PS, député de Saint-Etienne, vice-président sortant du conseil régional Rhône-Alpes, plutôt estimé tant par la population que par ses pairs de tous bords, ait été mis sur la touche. Son inconditionnel soutien à ERAI et son désengagement pour Maurice VINCENT ne seraient pas étranger, dit-on, à sa mise sur le banc de touche.

 

 

On ne parlera pas de la liste Front National dont tout le monde a compris qu’une seule chose l’intéresse : « Prendre le Pouvoir ». Sans vergogne, ce parti de l’extrême affiche son unique ambition et la propage en abondance. Dès lors, comment parler d’un programme qui semble bien vide ou de candidats qui ne sont connus que par l’étiquette qui les porte ?

 

On parlera encore moins des listes satellites, presque des succursales des partis de gauche et de droite, éternel clivage de la France,

 

On ne parlera surtout pas de ces initiatives ubuesques subitement imaginées ou carrément sorties d’un chapeau à la faveur des uniques ambitions personnelles de leurs instigateurs,

 

Non, on parlera de la liste d’union de la droite de l’UDI et du Modem, la liste de tous les compromis, même les plus saugrenus, les plus contre nature.

 

Les listes des candidats doivent être enregistrées au plus tard le lundi 09 novembre. La droite a choisi de déposer la sienne au poteau, sans doute par peur que les nombreux (ses) déçus (es) ne se retournent en catastrophe vers une autre liste.

Que voulez-vous, braves gens, chaque voix compte plus que jamais et tous les coups sont permis pour glisser des peaux de bananes aux potentiels ennemis.

 

Il demeure néanmoins très difficile de « garder le secret » et les noms des candidats fuitent par-ci par-là malgré que Monsieur Laurent Wauquiez ait menacé ses co-équipiers trop bavards d’être immédiatement exclus de la liste qu’il conduit.

 

LES NOUVEAUX (en gras) et LES VIEUX (en maigre)

 

Voici donc les dix premiers candidats de la liste LR, UDI et Modem :

 

1-      Monsieur Jean-Pierre TAITE. Sans préjuger de ses compétences, il est conseiller régional sortant mais aussi maire de Feurs, une bourgade de 8 000 âmes. Une dimension qui n’est pas en adéquation avec l’importance du département à représenter et à défendre (+/- 750 000 hab). Son entrée au conseil régional a été favorisée par son mentor, Monsieur Dino Cinieri, lorsque celui-ci, après avoir été élu député en 2002, a remis sa démission du conseil régional au profit du maire de Feurs. La roue tourne, mais elle est carrée et la Loire n’est pas un long fleuve tranquille. Ceux qui ne l’avaient pas encore compris vont s’en rendre compte à leurs dépens. UMP

 

2-      Madame Marie-Camille REY. Conseillère municipale à Saint-Etienne, déléguée à l’animation des quartiers –tout un programme-. Elle est fraiche émoulue d’une Fac de droit et inconnue dans le paysage politique ligérien. Autant dire qu’elle est « vierge » et sans armes pour affronter les responsabilités qui pourraient lui être confiées. UMP

 

3-      Monsieur Dino CINIERI. A lui seul il est une histoire locale. Président de l’UMP 42, sa ligne de conduite politique est ambigüe par rapport aux convictions du Parti Chrétien-Démocrate représenté par Madame Christine BOUTIN et dont il est adhérent. Souvent démissionnaire des mandats dont il est investi lorsqu’il perd une élection. Député dernièrement élu à « un fil » son entourage pense que Monsieur Dino CINIERI ménage ses arrières en prévision d’un nouvel échec……. aux législatives de 2017. UMP / PCD (??)

 

4-      Madame Sophie ROTKOPFOnzième Adjointe au maire de Roanne en charge du Commerce, de l'Artisanat et des Professions indépendantes. Accessoirement comptable. UMP

 

5-      Emmanuel MANDON. Fidèle lieutenant du député François Rochebloine. En politique il est souvent perdant, jamais perdu. Preuve, il est repêché au Conseil Régional en mai 2015 à la faveur de la démission de Madame Véronique Chavrot. Un des rares UDI à figurer sur cette liste. Merci qui ? Merci François ! UDI

 

6-      Madame Nicole PEYCELON. Qui ne connait pas Madame Nicole Peycelon à Saint-Etienne. Elle fait partie des meubles ; de ceux dont il est difficile de se débarrasser y compris lorsqu’on décide de changer totalement le décor. En position éligible sur cette liste, probablement pour service rendu à Monsieur Gaël Perdriau lors des dernières élections municipales. Une autre raison serait difficilement compréhensible (sauf à ce qu’elle ait encore mission de collecter les suffrages des seniors et autres grabataires). UMP

 

7-      Monsieur Jacques BLANCHET. Ce métallier montbrisonnais de 48 ans, pourtant élu en mai dernier président de la Fédération Française Rhône-Alpes du Bâtiment, se jette dans le grand bassin en tant que représentant de la société civile. Il s’est libéré très récemment de ses engagements associatifs pour suivre Laurent Wauquiez. Clairvoyance ou inconscience ? Suite au prochain numéro. SC (société civile, parait-il)

 

8-      Laurence BUSSIERE. Suppléante de François Rochebloine à l’Assemblée Nationale, elle est 1ere adjointe au maire de La Fouillouse. Une élue qui semble avoir « la côte » et qui ne fera pas d’ombre à son « parrain » si d’aventure il se représente aux législatives de 2017. UDI

 

9-      Monsieur Samy KEFI JEROME. Monsieur Laurent Wauquiez avait-il fait « une grosse fête » le jour où il a posé son doigt sur le nom de Samy Kéfi-Jérome ? Voilà un candidat retenu alors qu’il est aux antipodes de la politique annoncée par la liste de droite aux régionales. Jugez plutôt :

Ancien secrétaire fédéral au Parti Socialiste et ancien élu du syndicat enseignant SNUipp, il a été désigné porte-parole du collectif « Génération Bayrou » dans la Loire. « Casé » président départementale du Modem (une cinquantaine d’adhérents dans la Loire) par son ami Gilles Artigues, Samy Kéfi-Jérome est directeur d’école en zone éducation prioritaire. Une référence. Accessoirement, il est aussi adjoint au maire de Saint-Etienne. Pourtant, lors de la campagne pour les municipales 2014, Monsieur Kéfi Jérome s’est prononcé haut et clair contre la candidature de Monsieur Gaël Perdriau avant de lui faire allégeance et d’être nommé adjoint à l’éducation. Aux élections départementales, il s’est fait éjecté par l’électorat de la circonscription qu’il convoitait. Plus récemment il s’est encore prononcé, en comité, contre la liste de Laurent Wauquiez. Alors, dites-moi : que fait ce personnage d’un inadmissible opportunisme dans la liste de droite ??? Modem

 

10-   Madame Sandra SLEPCEVIC. 2eme adjointe au maire de Saint-Vincent de Boisset, un village de 900 habitants, dans le roannais, elle est très proche de Madame Veronique Chavrot, maire de Violay, ex conseillère régionale démissionnaire au profit de Monsieur Emmanuel Mandon. UMP

 

… / …

 

11-   Raymond VIAL. Elu péniblement en 2007 président de la Chambre d’Agriculture de la Loire, cet éleveur de lapins à Saint Martin La Sauveté – 980 hab dans le canton de Boën sur Lignon - se présente comme un agriculteur militant de la fameuse et certainement critiquable FNSEA. D’ailleurs, à la question posée par Stéphanie Gallo, journaliste, à propos de ses intentions politiques, il disait : « C'est vrai que cela fait un parcours chargé de militant mais j'ai été à bonne école. L'engagement, c'est dans mes gènes. Mes parents étaient très engagés. Y compris en politique puisque mon père a été maire de Saint-Martin-la-Sauveté pendant 24 ans. Vous pensez suivre ses pas dans ce domaine? Non, certainement pas même si j'ai eu des sollicitations. Pour l'instant, c'est un refus catégorique de me lancer dans la politique. Tant que je suis en activité en tout cas. Je veux avoir les mains libres pour défendre ma profession.

Des propos étonnants, désarçonnants, pour un candidat « société civile » sur la liste de

Laurent Wauquiez. En acceptant une 11eme place improbable, pour sa première rencontre avec le monde politique, Monsieur Vial risque de manger un joli lapin et de perdre beaucoup! SC (société civile, parait-il)

 

12-   Emmanuelle CHAROLLAIS-CHEYTION. Elue 1ere adjointe derrière Monsieur Jean-Claude Charvin, maire de Rive de Gier, elle est 12eme. Que dire de plus si ce n’est que dans des conditions optimales de réussite de la liste Wauquiez elle est susceptible d’être élue. Faut-il rêver ? UMP

 

Conclusions :

1-      Exit de la liste des éligibles les « protégés » de Dino Cinieri : Messieurs Eric Lardon, Robert Karulak, Alexandra Custodio, Charles DAllara…Mais étaient-ils seulement protégés ?

2-      Exit de la liste tous les adhérents du PR 42 (parti radical) y compris Agnès Chanal, conseillère sortante. Ca sent l’estocade et la mort pour cette branchette de l’UDI pourtant, jadis, si forte.

3-      Exit les putschistes entrainés par Gilles Artigues (hormis Denis Chambe qui serait en position non éligible). Ça va être dur pour ces trublions de reprendre la direction de l’UDI 42 lors des élections du bureau au printemps prochain. Un putsch qui ferait Pschitt ?

4-      Grace à François Rochebloine deux adhérents de l’UDI-FED devraient sauver leurs têtes. Les nombreuses « succursales » UDI sont profondément ignorées, laminées.

5-      Plusieurs candidats parmi les 12 premiers -en commençant par le premier- sont issus de petites communes : Feurs, la Fouillouse, Saint-Vincent de Boisset, Saint Martin La Sauveté. Monsieur Wauquiez aurait-il décidé, tel le pâtre, de conduire un troupeau de moutons ?

 

 

NB : Information électeurs : La présentation de « la liste définitive supposée » exclue les candidats au-delà de la 12eme place car, à n’en pas douter,12 est le maximum d’élus que puisse avoir la liste de droite dans la Loire. Les autres candidats ne sont que des faire-valoir pour tenter de récupérer un maximum de voix autour de leurs noms. Ils n’ont aucune chance d’être élus. Qu’on se le dise.

Bien entendu, cet avertissement a valeur pour le PS. Quant aux autres partis, leur représentativité au conseil régional sera obligatoirement moindre; sauf miracle!

 

Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article


Vous devez etre identifie pour pouvoir poster un commentaire
Nom d'utilisateur :
(email pour les auteurs)
Mot de passe :
Mot de passe oublie