site
Image de profil de Administrateur
ADMINISTRATEUR Administrateur
Ne le : 14/08/1955

Régionales : DANS LA LOIRE, LE CENTRE SE LACHE AUSSI

Derniere edition le : 08/11/2015

 
   

Après la réaction écœurée de Monsieur LARDON, UMP, qui reproche, à demi-mots, à Dino CINIERI de « l’avoir laissé tomber » au profit de ses seules ambitions ; après que le Modem de l’Ain et celui de l’Isère aient annoncé leur profonde déception au regard des listes Wauquiez, construites et non encore déposées (dépôt obligatoire demain, le 09 novembre 2015), c’est un militant UDI de la Loire qui monte au créneau pour nous faire partager son amertume, presque sa colère. Le seul hic, mais il est de taille, est que l’auteur de ce qui suit n’ait pas eu le courage de signer ses propos. Comment peut-on prétendre faire de la politique et « ne pas avoir assez de foie » et de foi pour assumer ses propos ? C’est antinomique, décevant !

 

AGORA42 n’a pas vocation à donner des leçons mais à soutenir et favoriser la libre expression ligérienne.

L’article qui suit lui a été adressé sur sa boite mail. Que l’on partage ou non son contenu, il ne démérite pas et justifie d’être publié.

Il démontre, une fois de plus, que les élections et ce qui les précède (comprendre : les arrangements de couloirs) relèvent, malgré la défiance croissante des électeurs, du grand cirque et plus précisément de la clownerie.

 

In extenso, le voici

 

« Ami(e) centriste bonjour,

 

Je ne te reproche pas d'être cocu, je sais bien que ce n'est pas de ta faute. Et puis tout le monde le sait. (Marius (1931) Marcel Pagnol).

 

Oui tu es, nous sommes toutes et tous des cocus. On nous a vendu un centre fort et conquérant, nous avons un centre mou et soumis. "Nous ne sommes ni des porteurs de valise, ni des affidés, ni des roues de secours de l'UMP", avait dit celui que l'on pensait plutôt rebelle que godillot. Avant finalement de se rallier à l'UMP et à Nicolas Sarkozy à la première élection venue.

Notre cher président Jean Christophe Lagarde nous avait alors expliqué qu'il venait d'être élu et que pour les élections départementales il n'avait pas d'autre choix faute de temps.Mais pour les régionales, attention l'UDI allait montrer ses forces et ne s'en laissera compter. Ceci était confirmé en avril, Jean Christophe Lagarde ne voulant pas que ses troupes partent individuellement et localement entamer des discussions avec les alliés de l’UMP pour obtenir des places sur les listes. "Les discussions se feront de parti à parti. L’union ne peut pas se faire avec des débauchages individuels. Non seulement cela fragiliserait l’UDI mais ce serait contre-productif " avait-il lancé.

 

"Sur l’Ile de France, il y aura zéro négociation", avait averti Jean-Christophe Lagarde. L’UDI est bien décidée à maintenir la candidature de la sénatrice de Paris, Chantal Jouanno jusqu’au bout face à celle de Valérie Pécresse "tout simplement parce que ces deux listes séparées feront plus de voix au premier tour".

 

"Pour la région Auvergne-Rhône-Alpes il y a un problème de ligne politique : si c'est Michel Barnier qui est désigné par l'UMP, nous avons des lignes politiques similaires et donc nous pouvons parfaitement faire une liste commune. Si c'est Laurent Wauquiez, qui a marqué une droitisation extrême au cours de ces derniers mois et de ces dernières années, nous ne pourrons pas être sur la même liste.

Une menace que notre président de l'UDI avait répétée sur Sud Radio le 10 février en confirmant qu'il y aurait bien une liste UDI contre le maire de Puy-en-Velay si celui-ci était désigné tête de liste par feu l'UMP.

 

Et puis plouf ! Au final Chantal Jouanno a été passée par pertes et profits et l'UDI s'est bien couché devant Laurent Wauquiez avec un revirement le 23 juin, plus aucun problème pour Jean-Christophe Lagarde et François Rochebloine de faire liste commune avec Laurent Wauquiez.

 

Pour mémoire lors des vœux UDI Loire, notre président local s'était fendu de remarques très acerbes vis-à-vis du maire du Puy en Velay en affirmant "il est impossible de faire une liste commune avec lui, nous n'avons absolument pas les mêmes valeurs". François Rochebloine en avait remis une couche lors de la venue d'Yves Jego, de passage à Saint-Etienne pour remettre un peu d'ordre dans la maison UDI Loire pour les départementales.

 

Jean Christophe Lagarde qui a été court-circuité par ses propres troupes qui négociaient directement avec Nicolas Sarkozy, a été obligé de vendre son âme comme les autres.

 

Pour ce qui est de la Loire, la présentation de la liste a été retardée de quelques jours car la situation est tendue. Vous trouverez dans vos pièces jointes cette fameuse liste qui a fait l'objet depuis de nombreuses semaines de toutes sortes de supputations et spéculations. (Ndlr: Liste publiée dans deux précedents papier d'agora42.fr). 

A la lecture de celle-ci pas besoin d'être une fine analyste politique (Ndlr: notre auteur serait-il une femme?) pour comprendre que le duo Rochebloine/Mandon a tout verrouillé en ne laissant que des places pour "lot de consolation" à ses "ami(e)s" et rien aux autres. 3 FED sur 4, c'est bien joué mais cela fait peu d'UDI au total !

 

 

Emmanuel Mandon qui grenouille depuis des années avec Jean Christophe Lagarde a en effet bien joué grâce à l'appui de son mentor François Rochebloine. Celui qui a perdu toutes ses élections et qui reste l'éternel attaché parlementaire, avait fini par être élu par défaut suite à une démission. Cette fois, il sera certainement élu quoi qu'il arrive

Pour ne rien laisser aux autres composantes de l'UDI, notre duo a mis en avant Laurence Bussière qui est… la suppléante de François Rochebloine. Pour faire bonne figure nos deux despotes ont accordé une généreuse place de 15e à Denis Chambe. Enfin en 18e position on retrouve Stéphanie Ficarella qui avait obtenu contre toute attente une investiture UDI dans le cadre des élections départementales. C'est une proche de François Rochebloine, c'est sans nul doute ce qui lui vaut d'être sur cette liste. Toutefois c'est une place pas très confortable qui ne doit pas vraiment la ravir.

 

Enfin, François Rochebloine, que l'on soupçonne de remettre le couvert aux prochaines législatives en 2017, a encore une fois avec l'aide de son fils spirituel, Emmanuel Mandon, bien manœuvré. Mais en écartant d'un revers de main toute discussion en interne et en agissant en potentats, n'ont-ils pas pris le risque de voir leur leadership à l'UDI Loire remis sérieusement en question une fois les régionales terminées et surtout au moment des élections internes qui suivront ?

 

Il faut bien reconnaître que la direction de l'UDI Loire a passé plus de temps à diviser ses troupes au cours de ces derniers mois que de faire vivre notre formation. Celle-ci agit sans concertation et que pour son propre intérêt personnel. Alors quand François Rochebloine se proclame un grand humaniste et qu'il répète à qui veut l'entendre "faire de la politique c'est servir et ne pas se servir"... Ce ne sont que de bonnes paroles vaines au regard des actes. Cette main-mise sur les appareils, pour ne pas dire prise d'otages vu le contexte actuel, qui ne sert que les intérêts de ces personnes ne peux plus durer. Trop c'est trop ! »

 

Non, d'être cocu, ce n'est pas un péché... Va, tu iras au Paradis quand même!... Seulement, avec la paire de cornes que tu as, comment tu feras, pour te mettre l'auréole. (César (1946) Marcel Pagnol)

 

Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article


Vous devez etre identifie pour pouvoir poster un commentaire
Nom d'utilisateur :
(email pour les auteurs)
Mot de passe :
Mot de passe oublie