site
Image de profil de Administrateur
ADMINISTRATEUR Administrateur
Ne le : 14/08/1955

QUEL TARTUFFE GOUVERNERA RHONE-ALPES/AUVERGNE ?

Derniere edition le : 11/12/2015

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Nous aurons des hommes politiques visionnaires quand nous les élirons sur leur capacité à exercer le pouvoir et pas sur leur capacité à le prendre.

 

Là est bien le problème.

 

A 2 jours du deuxième tour des élections régionales, il n’est pas inutile de faire un récapitulatif succinct du profil des 4 principaux choix qui s’offrent aux électeurs inscrits et qui détermineront la gouvernance de la nouvelle région AuRA (Auvergne/Rhône-Alpes). Amusons-nous à pronostiquer le quarté dans l’ordre au soir du 13 décembre sachant que le 1er de cette compétition est presque d’ores et déjà acquis.

 

Mais, auparavant, rappelons-nous, dans leurs grandes lignes, les vraies attributions d’un conseil régional :

 

OUI ! SANTE – ENSEIGNEMENT – DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE - TRANSPORTS NON URBAINS – FORMATION PROFESSIONNELLES - DECHETS – TOURISME, puis par des actions contributives SPORT - EMPLOI ET INSERTION – AMENAGEMENT DU TERRITOIRE

 

NON ! Parmi ces attributions, il n’a jamais été question de MIGRANTS – SECURITE AUX FRONTIERES – SECURITE INTERIEURE - TERRORISME – CAMPS D’INTERNEMENT - FERMETURE DE LIEUX DE CULTES - DECHEANCE DE NATIONALITE – PREFERENCE REGIONALE – AUTORITE - REPUBLIQUE FERME – etc, etc… soit autant de thèmes surdéveloppés à tort tout au long de cette campagne « REGIONALES » insipide mais qui fleure bon les prémices d’une élection présidentielle, s’écartant par là même des vraies préoccupations des habitants des régions Auvergne et Rhône-Alpes et de la raison d’être, de l’essence, d’une assemblée régionale.

 

De fait, les 3 candidats (hommes) en lice pour ce deuxième tour d’élections sont des tartuffes, des hypocrites voire, comme ça a été dit ça et là (mais en abondance) des menteurs utilisant toutes les ficelles de circonstances (y compris et surtout les tristes évènements du 13 novembre 2015) pour atteindre leurs objectifs.

 

Bref, revenons à notre petit jeu de pronostics, extrêmement difficile à pratiquer quand les cartes sont totalement »pipées ».

Par ordre alphabétique voici les quatre (3+1) compétiteurs sur la ligne de départ :

 

1-ABSTENTIONS…………………………………………………….. !

S’abstenir, hors pour les « je-m’en-foutistes » qui n’attachent aucune importance à leurs droits civiques, c’est (indirectement) voter pour le clan de celles et ceux qui n’accordent plus aucune confiance à la sphère politique dans son ensemble. Pour les votes blancs, c’est voter pour le sentiment d’une démocratie perdue et contre des listes arrangées et imposées au suffrage populaire.

 

2-Christophe BOUDOT (FN)

Chaque citoyen inscrit sur les listes électorales a reçu les 2 professions de foi des candidats (1er et 2eme tour). Celle du Front National est vide. Aussi vide que les poches d’un RSA-iste. Seuls les éternels poncifs nationalistes perdurent.

 

Voter pour Monsieur Christophe Boudot, c’est accepter de remettre le pouvoir à des individus vides d’idées, de programme, de projets, mais avides de pouvoir.

 

3-Jean-Jack QUEYRAMME (La gauche ultra divisée curieusement réunie)

Papy fait de la résistance. A 70 ans, il représente la gauche molle et déliquescente, une gauche de bobos qui ne séduit plus. Vu son grand âge, il ne peut prétendre à aucune ambition nationale et ne représente plus aucun danger pour personne. Si la région doit être perdue pour la gauche autant que ce le soit avec un homme fini plutôt qu’avec un jeune loup en phase ascensionnelle. Supporté par une ministre largement contestée par le mammouth/éducation nationale qui a plus vocation à lui faire perdre des voix que l’inverse, ce candidat potentiellement retraité depuis plusieurs années (si l’on s’en tient aux promesses de gauche sur le maintien de l’âge de la retraite) aurait dû quitter la scène la tête haute.

 

Voter pour Monsieur Jean-Jack Queyranne, c’est accepter la gestion d’une très grande région par un esprit vieillissant, usé, accompagné d’une équipe à sa mesure, sans autres ambitions que des promesses éculées.

 

5-Laurent WAUQUIEZ (UMP-UDI-MODEM)

Difficile de suivre une personne qui triche et, comme son mentor, qui trahit. Bien qu’il ait annoncé ne pas vouloir d’un ministère en 2017 (si toutefois son parti devient majoritaire et si le Président élu songe à lui en proposer un –ça fait beaucoup de « si »-), il est clair que Monsieur Laurent Wauquiez se sert de ces élections pour assurer son devenir politique et particulièrement le rôle qu’il aura –ou n’aura pas – à jouer en 2022. Car, il ne faut pas s’y tromper, Laurent Wauquiez a compris que 2016 (primaires de droite) puis 2017 seraient un repoussant combat de coqs dans lequel il n’a aucun intérêt à participer. Celui qui a trahi Jacques Barrot, son père spirituel (une constante en politique), songe uniquement à 2022 et s’y prépare ardemment, quels que soient les moyens à employer pour y parvenir. Quant à l’intérêt des populations….. ?

 

Voter pour Monsieur Laurent Wauquiez, c’est accepter de le placer sur la rampe de lancement d’une vie politique majeure (pour lui) durant plusieurs années. Conséquemment, devoir le supporter longtemps.

 

Très en marge du propos, c’est pour agora42.fr la satisfaction d’avoir été l’avocat du diable, le traducteur des pensées cachées, avec sincérité et sans parti pris.

 

Entre nous, mais ne le dites à personne :

 

Auvergne-Rhône-Alpes, mariage de la carpe et du lapin ?

 

Il s'agit d'une fusion assez déséquilibrée sur le papier. D’un côté, l’Auvergne, quatre départements, 1.310 communes, 1,3 million d’habitants, 34 milliards d'euros de PIB. De l’autre, Rhône-Alpes, deux fois plus de départements, 2.879 communes, près de 6,5 millions d’habitants et 193 milliards d'euros de PIB. Le risque? Isoler l’Auvergne face à la riche métropole lyonnaise.

 

Il y a quelques mois, Rue89 Lyon se demandait ainsi si l’Auvergne ne serait pas un «poids» pour sa voisine. Néanmoins, elle bénéficie d’atouts en matière d’agriculture, d’industrie aéronautique et de manufacture de produits de luxe. Tout dépendra des projets que le prochain conseil régional mettra en place pour s’assurer que le mariage entre deux régions que tout opposait se fasse sans douleur.

 

Le 13 décembre, comme le 13 novembre, pourrait être une date mémorable dans la vie des français, en Auvergne, en Rhône-Alpes mais aussi partout ailleurs.

 

Reste aux citoyens à agir en leur âme et conscience car, s’il est impossible de prévoir l’abject du terrorisme, il reste possible d’orienter son futur.

 

 

Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article


Vous devez etre identifie pour pouvoir poster un commentaire
Nom d'utilisateur :
(email pour les auteurs)
Mot de passe :
Mot de passe oublie