site
Image de profil de Administrateur
ADMINISTRATEUR Administrateur
Ne le : 14/08/1955

LES STEPHANOIS NE RETOURNERONT PAS AUX URNES

Derniere edition le : 24/10/2014

 
 
         
 

Dans un récent billet, AGORA 42 rappelait le recours en annulation des dernières élections municipales qui avait été déposé par l’un des candidats en liste : Monsieur Hubert Patural.

 

Ce recours ce fondait sur deux points étroitement liés :

 

-          L’un des colistiers, Madame Nicole Peycelon, était inéligible par le simple fait des fonctions qu’elle occupait au sein du Conseil général. Elle ne pouvait donc pas légalement figurer sur la liste UMP-UDI présentée aux suffrages

-          Monsieur Gaël Perdriau, pourtant informé de cette situation non conforme à la loi, maintenait la candidature de Madame Nicole Peycelon sur la liste UMP-UDI qu’il conduisait.

En sous-entendu, il était dit que Monsieur Gaël Perdriau aurait sciemment contourné cette interdiction aux seules fins de récolter sur sa liste les voix représentées par Madame Nicole Peycelon (grâce à ses nombreuses activités politiques et sociales conduites à Saint-Etienne depuis de très nombreuses années).

 

Le Tribunal administratif a tranché.

 

Disant que Madame Nicole Peycelon avait démissionné postérieurement au 2eme tour des élections municipales, le Tribunal administratif semble avoir considéré cette démission, pourtant post-électorale, comme une manière de s'être mise en conformité avec la loi et l’inégibilité dont elle était frappée.

De fait, le tribunal n’a pas retenu non plus l’hypothèse d’une tricherie ayant pu être savamment orchestrée par la liste UMP-UDI au profit des scores qu’elle a réalisés aux deux tours.

L’affaire est donc définitivement classée et il n’y aura pas de nouvelles élections à Saint-Etienne.

 

lire ou relire l'article agora 42:

http://www.agora42.fr/article/y-aura-t-il-une-nouvelle-election-municipale-a-saint-etienne.html

 

Du point de vue judiciaire, la justice est souveraine ; elle est libre et indépendante.

Il reste cependant possible que certains stéphanois voient dans cette décision, au regard des faits portés à la connaissance du Tribunal administratif par la partie plaignante, un jugement contestable.

 

Libre à eux. Nul ne peut empêcher un justiciable de penser.

 

D’un point de vue strictement stéphanois, ce jugement est une excellente chose pour la ville.

On imagine effectivement, le plus simplement du monde, les effets catastrophiques qu’aurait eu l’invalidation des élections sur une ville profondément malade ; démographiquement, socialement, économiquement.

 

Saint-Etienne a besoin de « beaucoup » pour retrouver « un peu ».

 

7 mois après son élection, Monsieur Gaël Perdriau a déjà annoncé que, parmi les 200 engagements qu’il a pris lors de sa campagne, certains ne seraient pas tenus. Dans ces conditions il parait plus sain de conjuguer les efforts de chacun pour sauver ce qui peut l’être et d’oublier les combats clochemerlins qui agitent la cité ; d’oublier toutes les casseroles qui gangrènent le monde politique, fut-ce celui sévissant au petit niveau de Saint-E.
                                         

Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article


Vous devez etre identifie pour pouvoir poster un commentaire
Nom d'utilisateur :
(email pour les auteurs)
Mot de passe :
Mot de passe oublie