site
Image de profil de Administrateur
ADMINISTRATEUR Administrateur
Ne le : 14/08/1955

LA FRANCE BARBARE

Derniere edition le : 25/10/2015

 
 

Les français sont très nombreux à rejeter et à combattre le rituel de l’égorgement encore prôné par la religion musulmane (halal) ou juive (casher).

 

Beaucoup le font par respect de l’animal condamné à être mangé, par refus de la souffrance inutile, tandis que d’autres se servent de ce prétexte pour montrer d’un doigt puissant une culture en total déphasage avec la leur, particulièrement la culture musulmane.

 

Le reportage réalisé par l’association de protection animale « L214 » à l’abattoir d’Alès, dans le Gard, démontre que certains français ne valent pas mieux que ceux qu’ils critiquent avec véhémence et stigmatisent pour pratique de rites barbares, d’un autre siècle. Le drame est que « ces bouchers français dans l’âme » sont tristement nombreux, au sein des abattoirs ou paisiblement assis dans leur fauteuil à regarder, la larme à l’œil, l’émission 30 millions d’amis.

 

La réalité est que, entre compagnons de luxe (chiens, chats, chevaux…) et matière première (animaux dits de boucherie), les animaux font les frais du regard contradictoire que les hommes portent sur eux. L’homme choit ceux qui vivent avec lui mais ignore totalement ceux qui se retrouvent dans son assiette.

 

Exemple : Qui a oublié ce fait divers survenu en juin dernier dans le Rhône quand une génisse s’est échappée d’un abattoir? Une pétition lancée sur la toile a récolté plusieurs milliers de signatures pour épargner cette vache « qui ne voulait pas mourir ». Une association de protection animale a racheté pour 10 000 euros – une fortune – la bête à son propriétaire. Mais personne ne s’est ému du sort réservé au reste du troupeau qui a fini sa vie sur les étals d’un boucher.

 

Il ne s’agit pas de sombrer dans un anthropomorphisme débile que, personnellement, je dénonce fermement et systématiquement (tenir l’animal de compagnie constamment, comme une poupée - l’habiller- le parfumer- lui mettre du vernis à ongles - lui imposer un cache-anus ou lui percer les oreilles pour y installer un bijou…) mais de considérer l’animal en tant qu’être vivant capable de stress, de peur…..et de souffrance.

 

Bien sur le statut des animaux a évolué en France comme ailleurs : depuis janvier, le code civil les tient pour « des êtres vivants, doués de sensibilité » et non plus pour des « biens meubles ».

Cependant, il est à craindre que cette notion ne soit défendue devant les tribunaux que dans le cadre de maltraitance d’animal domestique mais en aucun cas lorsqu’il s’agit d’animal « à manger ». Les faits révélés à Alès en sont la preuve flagrante et indéniable.

 

 

Alors, en laissant couler librement sa réflexion on en vient à se demander pourquoi le Front National, pourtant si prompt à monter au créneau quand il s’agit de vilipender les musulmans autour de leurs fêtes religieuses dont les pratiques archaïques sont simplement « tolérées par la loi française », n’a pas montré le bout de son museau pour partager et soutenir le mouvement d’indignation, de révolte (circonstanciel) né de la diffusion d’images cruelles dont les martyrs sont les animaux ? Le front national compterait-il dans ses rangs trop de soutiens imperméables à la souffrance animale ? L’emballement du Front National autour des fêtes de l’Aïd (à Saint-Etienne notamment) ne serait-il que poudre aux yeux, une manière supplémentaire d’agiter les inconsciences publiques et d’appeler au rejet systématique du « bougnoul » ?

 

De grâce, Mesdames et Messieurs les politiques, que vous soyez compétents ou de simples guignols élus par le hasard des urnes, faites respecter les lois et, s’il le faut, proposez-en de nouvelles pour que notre pays sorte de cette inadmissible barbarie contre laquelle les électeurs les plus « normaux » sont vent debout.

 

Document paris match

http://www.parismatch.com/Actu/Societe/Abattoir-d-Ales-la-video-de-l-horreur-845591

 

 

Interview BFMTV

https://www.facebook.com/GermanBeer/videos/591208454351140/
 
 

Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article


Vous devez etre identifie pour pouvoir poster un commentaire
Nom d'utilisateur :
(email pour les auteurs)
Mot de passe :
Mot de passe oublie