site
Image de profil de Administrateur
ADMINISTRATEUR Administrateur
Ne le : 14/08/1955

LA FIN D’UNE CARRIERE POLITIQUE MARQUEE PAR UN SIMPLE ENTREFILET DANS LA PRESSE LOCALE.

Derniere edition le : 29/10/2015

 

Il y a quelques semaines, le Parti Radical 42 élisait statutairement son bureau. Un évènement sans importance qui n’a eu que très peu de place dans les colonnes de la PQR (presse quotidienne régionale) tant la carrière politique de Monsieur Michel Thiollière semble considérablement compromise, pour ne pas dire déjà enterrée.

 

Il est vrai que Monsieur Thiollière a été réélu président de cette formation moribonde de l’UDI (elle-même en piteux état, dans la Loire notamment). Mais à quel prix ?

 

Monsieur Thiollière appréhendait fortement qu’un ou plusieurs candidats se présentent contre lui et le détrônent malproprement, le privant ainsi d’une disparition tout en douceur, sans vague, du paysage politique ligérien.

Bien sûr, ses angoisses étaient justifiées tant par la démarche des frondeurs conduits par Gilles Artigues, qui ont exigé « sa peau » au printemps dernier, que par la profonde dégradation de ses relations avec l’équipe municipale stéphanoise en place.

 

Il faut en effet se souvenir que lors de la campagne des élections municipales de 2014, Monsieur Michel Thiollière était resté très évasif sur les qualités et les chances de succès du candidat Perdriau (comprendre l’équipe constituée autour du maire actuel). Que certains de ses proches avaient refusé une place dans la liste de droite au prétexte que le Parti Radical était sous considéré dans l’élaboration de la dite liste. Que les vieilles rancœurs ont la vie dure et que, suivant un vieille adage, « dans la vie, on se retrouve toujours deux fois». Aujourd’hui, c’est l’ancien édile qui en fait les frais !

 

De fait, on peut imaginer que si Monsieur Thiollière a été réélu, c’est sans avoir fait de concessions à quiconque parce qu’il n’y avait aucune concession à faire. Les ennemis de l’ancien maire de Saint-Etienne devant considérer que lui et ce qu’il reste de son équipe allaient s’éteindre naturellement, sans qu’il soit besoin de les pousser dans le précipice. La présentation imminente de la liste Loire pour les prochaines régionales devrait confirmer l’absence de toute personnalité du Parti Radical 42…..

 

Mieux que Ponce Pilate, le groupe anti Thiollière n’endossera pas la responsabilité de cette mort programmée. Quant aux putschistes, il y a tout à penser que leur tour viendra, tout en douceur, mais peut-être plus vite qu’ils ne l’imaginent. Dura lex sed lex. Le panier de crabes est ainsi et il ne changera jamais. Il a pour nom : LA POLITIQUE.

 

 

Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article


Vous devez etre identifie pour pouvoir poster un commentaire
Nom d'utilisateur :
(email pour les auteurs)
Mot de passe :
Mot de passe oublie