site
Image de profil de Administrateur
ADMINISTRATEUR Administrateur
Ne le : 14/08/1955

FRONT OU AFFRONT NATIONAL, à vous de juger ?

Derniere edition le : 10/11/2013

 

 

 

FRONT OU AFFRONT NATIONAL, à vous de juger ?

 

Comme le PS et les partis de gauche dans leur ensemble, le Front National fait le dos rond, ne communique pas….. ; semble, à l’instar de Monsieur Maurice VINCENT, maire sortant de Saint-Etienne, compter les points dans le combat de coqs qui oppose UMP et les jeunes mariés de l’UDI/MODEM.

 

Il faudra bien qu’un jour ils sortent de leur réserve ou arrêtent de faire l’autruche pour se lancer dans le grand bassin des élections municipales. Il sera alors temps de braquer sur eux les ronds de poursuites et de mesurer la valeur de ce qui déchaîne aujourd’hui les média.

 

Dans la Loire, la secrétaire départementale du FN, Madame Sophie ROBERT, s’entête à revendiquer une mairie de Feurs sans TAITE. La dame auburn (pour les esprits joyeux, on prononce « aubeur’n et non « au burne ») semble être arrivée à s’auto-convaincre que les terres jaunes pouvaient prendre la couleur bleu marine. De quoi en perdre la tête ! Oui, mais laquelle ?

 

Les mauvaises langues prétendent que Madame ROBERT ferait semblant de soutenir le FN dans les communes ligériennes ou le parti sera candidat, au profit de sa seule et unique candidature forézienne. Mais le propre d’une mauvaise langue n’est-il pas précisément d’être mauvaise ?

 

Les mêmes détracteurs affirmeraient que Madame Sophie ROBERT aurait conscience que les scores du FN seraient forts dans les grandes villes mais insuffisants pour revendiquer autre chose que l’appartenance à un groupe d’opposition municipale ; que, dans ces conditions, n’importe quel candidat tête de liste ferait l’affaire.

Pas très sympa pour Monsieur Gabriel de PEYRECAVE et consorts et pas très sympa pour la droite en général qui risque de souffrir de cette partie ou le jeu ne consiste qu’à placer des pions pour le futur. Le futur commençant avec les élections européennes, en mai 2014.

 

Au FN comme ailleurs, le « JE » primerait-il sur l’intérêt collectif ? Difficile d’en douter !

 

A suivre!

 

En attendant de mieux connaitre les intentions et les ambitions de Madame Sophie ROBERT, de savoir sur quelles compétences personnelles elle appuie sa candidature pour conquérir la mairie de Feurs, voici une copie d’article signé Pierre SAINT-SERVANT (via Nouvelles de France) 27/10/2013 qui fait l'apologie du FN

 

Il en dit long sur l’état d’esprit bleu marine et invite les foréziens comme l’ensemble des ligériens à déposer des commentaires. Pour ou contre ?

 

A suivre.

 

« Montée fulgurante du FN, ce choc du réel qui laisse sans voix

Marine Le Pen est perçue par 50 % des Français comme la personnalité politique « la plus capable de réformer en profondeur le pays ». Voici le résultat d’une enquête de l’institut CSA pour le site d’informations Atlantico, conduite en octobre 2013. La question était même plus précise, évoquant la capacité des politiques à « surmonter les blocages au sein de la société française ». Autrement dit, à faire preuve de courage face aux coteries défendant leurs privilèges ou aux communautarismes souhaitant désormais imposer leur loi. Un tel chiffre n’est pas anodin, d’autant plus qu’il contraste avec les 21 % du président en exercice, et avec les 26 % du patron de l’UMP, Jean-François Copé.

 

Les chiens aboient, de plus en plus seuls…

 

Ce dernier sondage succède à de nombreux autres qui ont commencé à poindre au début de l’été. Les citer tous serait aussi laborieux qu’inutile. La fissure du mur médiatique est autrement plus intéressante.

Ne pouvant plus nier la triple évidence de l’impopularité croissante de François Hollande et de sa majorité, de l’absence de crédibilité de l’UMP en tant qu’opposition et de la montée des idées populistes, les médias se sont enfin saisis de la montée de Marine Le Pen et de son parti.

 

Pour en dire quoi ?

 

C’est là que les choses deviennent intéressantes. La très grande majorité du personnel médiatique, formaté par des décennies de conformisme idéologique et de rigoureuse autocensure, reprend les grands chants de la lutte contre les extrémismes, de la nécessité de préserver le « pacte républicain » voire de sauver la liberté, la démocratie et leur package habituel.

Mais parmi le troupeau, nous pouvons trouver quelques voix, rares encore, qui ne peuvent cacher leur malaise et qui se contentent de « rendre compte » de cette incroyable mais bien réelle poussée populiste. Il faut bien le reconnaître, chaque jour de nouvelles personnalités que l’on n’attendait pas, rejoignent avec sourire et conviction, le mur des cons.

 

La perplexité du camp dissident

 

Pour ceux qui bataillent depuis plusieurs années voire décennies, dans le camp de la dissidence patriote et identitaire, ces sondages sont tout aussi troublants. Car être troupier dans ce camp, c’est très souvent lutter à la Don Quichotte, pour la beauté du geste plus que pour le confort du siège, c’est apprendre à avancer face aux vents contraires, à prendre les coups en serrant les dents.

Or, il apparait de plus en plus que la silencieuse et héroïque résistance de quelques-uns porte peu à peu du fruit.

La belle sentence de Saint-Exupéry : « Nos fidélités sont des citadelles » trouverait-elle enfin l’occasion de prendre corps ? N’allons pas trop vite. Gardons notre sûr pessimisme qui nous distingue du progressisme fou des foules de gauche. Mais sachons également reconnaître que nous avons réellement quitté nos positions défensives et que la contre-attaque donne d’excellents résultats. La défense de notre identité est loin d’être acquise, mais nous avons fait de belles prises et conquis de solides positions.

 

Après la surprise, poursuivre l’offensive

 

Face au rouleau compresseur du système, qui s’appuie sur l’efficacité idéologique des médias et de l’Education nationale, rien n’est acquis. Il convient donc, chaque jour, de consolider nos positions.

Comment ? Le texte de Jean-Yves Le Gallou « Municipales 2014, pour quoi faire ? » (reproduit en intégralité dans un autre post agora42.fr) résume parfaitement les principaux axes de travail, y compris les plus concrets : poursuivre et soutenir l’effort de ré-information, se réapproprier notre identité culturelle et notre plus longue mémoire, lutter sur le terrain contre la dégradation ou la privatisation communautariste de nos quartiers et de nos villages, soutenir les écoles hors-contrat et l’enseignement traditionnel avec sa beauté et son exigence, faire de nos familles et de nos communautés amicales des bastions, et au final cultiver l’esprit de résistance et de reconquête, inlassablement.

 

 

Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article


Vous devez etre identifie pour pouvoir poster un commentaire
Nom d'utilisateur :
(email pour les auteurs)
Mot de passe :
Mot de passe oublie