site
Image de profil de Administrateur
ADMINISTRATEUR Administrateur
Ne le : 14/08/1955

CANDIDATS AUX MUNICIPALES MEFIEZ-VOUS !

Derniere edition le : 29/01/2014

 

Ce n’est pas faute de l’avoir souligné en abondance, les citoyens en ont ras la casquette des partis politiques et de ce qu’ils appellent leurs petites magouilles.

 

Entre la peste et le choléra, ils ne veulent pas choisir car, précisément il n’y a pas de choix.

Bien sur, sous couvert d’un vote démocratique, ils seront convoqués aux urnes.

Mais combien d’entre eux s’y rendront ?

 

Enfin, soyons sérieux ! Qui s’installerait à la table d’un restaurant alors que ni le cadre, ni le personnel , ni le prix à payer et encore moins l’offre proposée à la carte ne plaisent ?

 

 

Voici les conclusions récentes d’un sondage réalisé par IPSOS (janvier 2014). Elles font froid dans le dos en même temps qu’elles expriment de manière on ne peut plus claire la pensée des hommes et des femmes de France :

 

Lien vidéo

http://vimeo.com/84696289

 

Lien étude complète

http://www.ipsos.fr/ipsos-public-affairs/actualites/2014-01-21-nouvelles-fractures-francaises-resultats-et-analyse-l-enquete-ipsos-steria

 

Méfiance, défiance, rejet, hostilité, rupture, clivage…..voilà en 6 mots ce qu’il ressort de ce constat populaire.

Rien de nouveau à l’ouest me direz-vous ?

Non ! Et c’est bien triste car l’homme politique n’écoute toujours pas la voix du peuple ; il persiste dans des guerres intestines qui s’éloignent et qui l’éloignent des vraies préoccupations citoyennes.

 

A Saint-Etienne, ce ne sont ni le jeu du chat et de la souris (G.PERDRIAU/G.ARTIGUES) ni le jeu de cache-cache (G.PERDRIAU/ G. ZIEGLER) ni le jeu du ballon prisonnier (G.PERDRIAU/ G. CELDRAN) ni les invectives permanentes(H.PATURAL) ni l’insignifiance (G. de PEYRECAVE) ni les doux rêves chimériques des petits hommes verts (O.LONGEON) et encore moins les aficionados de la grande lutte…qui vont changer la pensée des électeurs.

 

Jusqu’à présent, faisant fi de ce climat fétide, bien que tous les indicateurs soient au rouge vif, les têtes de listes toujours en lice continuent à s’étriper, à se déchirer pour obtenir ce pouvoir tant convoité. Elles jonglent avec des sondages contestables ; elles ratissent large, très large en multipliant les opérations de clientélisme lors de très nombreuses visites à des institutions et autres associations (Arméniens, Imazighen (berbères)…les sourds, les muets, les archers, les boulistes….peut-être même les grabataires…). Les promesses vont bon train même si chacun sait que la plus grande partie ne sera pas tenue. Joli POISSON D’AVRIL après le deuxième tour des élections.

 

Alors je dis : CANDIDATS DE TOUT HORIZON, MEFIEZ-VOUS !

 

Il est de notoriété que les municipales ne déplacent pas les foules ; alors, pour estimer ses chances de réussite, chaque parti candidat y va de ses calculs de probabilités basés sur l’abstention habituellement constatée pour un tel scrutin.

 

Mais en 2014, quid de cette abstention presque régulière ?

Et quid des votes blancs ou nuls ?

Et si l’abstention était beaucoup moins importante que prévue ?

Et si les abstentionnistes habituels décidaient de se déplacer en force pour voter blanc ou nul, histoire de signifier officiellement leur mécontentement ???

 

L’histoire nous l’a appris, rien n’est jamais joué d’avance ; faut-il encore envisager tous les paramètres possibles et surtout en tenir compte.

Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article


Vous devez etre identifie pour pouvoir poster un commentaire
Nom d'utilisateur :
(email pour les auteurs)
Mot de passe :
Mot de passe oublie